Mon premier avis de recherche

wanted

Si, en entrevue, on me demandait de décrire en trois mots cette soirée (parce qu’on dirait qu’il faut toujours décrire des affaires en 3 mots dans des entrevues (et que cette question est très probable)), je choisirais : illégale, chute et gatorade. Bref, c’était mon premier 4@7 à vie.

La préparation

Après une semaine d’entrainement de bouesson (la fameuse semaine de l’AFFAUS), les foies de tous étaient fins prêts pour affronter le 4@7 d’admin.

Ils faisaient beau soleil (parce qu’il es-tu laite, lui, des fois?), il devait faire 23 °C (le genre de température qui te tient au chaud, mais qui t’empêche de toucher, par erreur, les dsous de bras mouillés des petits gars).

Le rituel avant 4@7 est primordial. Je ne sais pas pour toi, mais moi j’y mets beaucoup de rigueur. Calage d’eau, hydratation intense. J’évite le soleil et les mouvements brusques. Je garde toutes mes énergies pour le moment venu.

Vers 15h, avec des amis, on a fait notre tourné d’approvisionnement : Mcdo (parce qu’il fallait bien se faire un fond), dépanneur (pour le gatorade) et finalement la SAQ (pour la vodka). Es-tu barman ou barmaid? Moi non. Le seul drink que je réussi à tout coup, tu l’auras deviné, c’est le gatorade vodka. C’est pas compliqué : half gatorade half vodka, t’es tiguidou. Les vertues du gatorade te permettent de passer une soirée décalissante sans trop te décalisser, tout en t’hydratant. Résultat : pas de hangover = miracle à babylone.

2015_06_10_19_29_26_Instagram

2015_06_10_19_29_45_Instagram

Le moment tant attendu

Anyway, nous voilà rendu au 4@7, après une ride de char avec Taylor Swift (son âme nous accompagnait, avec ses chansons). On marche dans le parking, pour se rendre à destination. Shutgun, entonnoir, ça s’échauffait tranquillement pour ladite soirée.

On est sur place. Bar a flip (je devrais dire « feu » bar à flip), trois défaites d’affilé, shots pour s’en remettre, bière, bouesson de tous genres. P.S. C’est pas moi qui me suis claquée un coma éthylique, pour répondre à ta question.

Connais-tu la côte en admin? Moi oui, dès le premier jour. Ce que je ne t’ai pas dit, c’est que le premier 4@7 avait la thématique de « back to school ». « Back to school » = jupe de ton ancien uniforme. Côte=glissade. Glissade en jupe = disgracieux. T’as bien compris.

Je n’étais pas la seule à avoir une certaine rancune envers cette fameuse côte, à la fin de la soirée. Un grand brun, que je ne nommerai pas par soucis de respect, se tenait tout en haut, 2 bières à la main. Il y a peut-être eu une chicane entre ses deux pieds, mais bref, il y en a un qui a décidé de sacrer son camp. L’autre était surement le « dépendant » du couple, parce qu’il a vite voulu le rejoindre. En gros, le grand s’est étendu comme pour affronter une glissade d’eau, abandonnant, en catapultant, du même coup ses deux gobelets d’eau de vie. Il était en mode survie. Il dévalait la côte à toute vitesse, pour finalement s’arrêter, en faisant des jambettes aux deux plus gros gars du 4@7, qui se trouvaient tout en bas. Une pluie de bière déferlait sur la foule, mais surtout sur les deux douchs. On a passé proche d’un drama, mais finalement, tout s’est réglé à l’amiable.

Le reste, je ne m’en souviens plus, jusqu’à l’arrivée au bar.

Le bar

Mon ami M-O et moi, on était tannés des déplacements, donc on a cancellé l’entre deux 4@7 / bar, chez notre booster (parce que je te rappel qu’on était des rookies). On s’est donc retrouvés au contact, à l’heure des shooters à 2$. On en a profité, comprends-tu.

m

Dans la frénésie, on voulait jouer au Laser Plus, parce que personne n’était arrivé au bar encore. On s’est donc rendu au pas de course, descendant à toute vitesse les escaliers menant à l’établissement. Comme on n’était pas suffisamment de joueurs (on faisait tellement pitié), le caissier ne nous a pas laissé jouer. Avec recul, je le comprends un peu mieux que lors des événements. J’étais fâché. On a donc remonté les escaliers, en apercevant, à notre gauche, une porte entre-ouverte avec des milliards de bouteille de fort sur les tablettes. Tu y crois pas? Je te le jure, sur ma vie.

On a ensuite procédé à un « t’es pas game de prendre une bouteille ». Le résultat : M-O = 1, Mylady = 0. On était très fière de notre coup. Une image vaut mille mots :

contact

Notes, ici, l’heure à laquelle a été prise la photo.

Le reste, je n’essayerai même pas de m’en rappeler, sorry.

La seule chose que je me rappel, c’est que j’ai fini la soirée chez Elodie (en tout cas, c’est-ce que j’ai dit à mon père;) ).

Les recherches

Le lendemain, je me suis réveillé, et mon cell était mort (chose normale, puisqu’il manquait de batterie depuis la veille vers 21h). Il était 11h00, j’avais donc manqué mon cours, qui débutait à 8h30. J’ai ensuite réalisé que je n’avais pas dit à personne que je ne revenais pas dormir à la maison (parce que oui, j’habitais toujours chez mes parents), et qu’il n’y avait aucun moyen de me contacter pour le moment. Shit. Shit fuck Shit. J’ai donc branché mon cell avec un chargeur qui trainait chez « Elodie », et les messages de panique se sont mis à déferler. Voici une liste des éléments de recherche ayant eu lieu, en ordre chronologique :

  • Le soir même, ma sœur était au Siboire. Mon amie Anne-Sophie l’a croisée. Ma sœur a demandé si j’étais toujours en vie. Anne-Sophie a répondu que la dernière fois qu’elle m’avais vu, j’avais un dessin d’organe masculin sur le toton.
  • Le lendemain matin, mon ami M-O, valeureux guerrier, s’était présenté au cours de Marketing. Il m’a texté pour me dire que ma mère et ma sœur l’avait contacté, pour savoir si j’étais still alive. Il leur a répondu d’aller voir dans le bateau, parce que j’étais problement tombé dedans (si l’histoire t’intéresse, va voir le p.s. je vais te l’expliquer. Ça s’en vient long un peu làlà).
  • Une fois rendu chez moi, ma tante est venue me voir, l’air plein de reproches. Tu sais le genre d’air que t’as quand tu prends la peinte de lait dans le frigo, mais que la poche est vide. Elle m’a dit que ma sœur avait rependu la nouvelle (de dessin sur le tots) à toute la famille, lors d’un conseil familiale pour me retrouver. Elle m’a ensuite chicané de ne pas être allé en cours, et ma remercié d’être vivante.

J’espère que ça t’as servi de leçon, et que tu vas toujours traîner un chargeur de cellulaire avec toi, où que tu sois.

P.S. Voici l’histoire du bateau dont je te parlais. Avec mon ami M-O, on s’est dirigé dans le parking en face du Contact. Parking qui se trouvait sur les lieux d’un ancien bâtiment, qui a été détruit. Ai-je besoin de te le dire ou tu avais déjà compris que le ¾ de la rue Wellington, ce sont des immeubles démolis?

Anyway, on a baptisé un vieux débris blanc, qui ressemblait à une vieille piscine pour enfant. On l’a appelé le bateau. On avait ben du fun. Bref, on était pas ben.

Finalement, comme tu as pu le voir, je ne m’y connais pas beaucoup en recettes de drinks. C’est pourquoi je te suggère d’ajouter des applications formidables à ton téléphone. Ces applications te conseillent dans tes choix de consommations alcoolisées, mais te donnent aussi des recettes originales auxquelles tu n’as même pas passé proche de penser. Certaines sont gratuites alors que d’autres sont payantes. Le nom de la première est Drink and Dessert Recipes.

appapplication

Comments

commentaires

About Mylady

Moi c'est Mylady. Mon nom le dit, je suis une lady. Je m'assumes en temps que fille folle, blonde folle, chialeuse, hyperactive quand je bois du café, incapable de partager chips ou chocolat (des asperges ou des olives je n'ai pas de problème par contre), minutieuse à l’extrême (jusqu'à en gosser mes coéquipiers) et paresseuse. J'aime regarder des "make up tutorial" sur youtube. Mes passes-temps: Je suis une magasineuse compulsive et je joue au Volley-ball. Vous aurez l'occasion d'en apprendre plus sur moi au travers de mes articles, que je publierai dans les prochaines semaines. En espérant vous divertir un brin!