LE POUCE

 

Avec un tel titre on se pose beaucoup de questions concernant le contenu de cet article. En fait, je tenais à vous faire part d’une de mes péripéties. Non, je ne me suis pas coupé le pouce avec une scie et non je n’ai pas mit mon pouce dans des endroits disgracieux.

C’était un jour d’été au ciel bleu azur. Deux amis avaient déjà quitté la ville de Sherbrooke sur le pouce. Moi et Maxime Champagne voulions rejoindre ces 2 voyageurs deux jours plus tard. Nous n’avions aucune idée de la destination finale du voyage. Il était 16h au bord de la piscine, on sirotait un thé glacé dans l’eau plus au moins rafraichissante dû à la chaleur intense. Tout à coup, mon téléphone sonna. C’était nos deux amis.

« Hey  les gars, venez nous rejoindre à Alma »

La discussion fût très courte. Le réseau n’était pas fort fort dans leur coin de pays. Au départ, Alma,  je me disais c’est pas si loin. Un 4h de voiture selon google map.

Mais oups, il parlait d’Alma au Nouveau-Brunswick proche de la baie de Fundy. Nous n’avions pas de temps à perdre. Nous avons alors préparé nos sac rapidement et décoller vers les lignes des Etats-Unis, dans le Maine. Ma mère nous avait déposés juste avant. On écoutait la chanson Goodbye Stranger de SuperTramp à fond la caisse. Les douaniers nous prenaient pour deux idiots à pied qui voulait traverser le Maine. Ils nous posaient des questions du genre :

  • Do you smoke weed?
  • Do you have marijuana in your bags?
  • When was the last time that you smoke weed?

Vous voyez le genre. Finalement, ils nous ont laissé tranquille. Nous avons marché 3h sans voir une voiture. Nous n’avions pas eu l’idée du siècle. Partir à 18h, sur une route où il n’y a que des arbres et des tonnes de moustiques. Nous commencions en envisager  à dormir sur le bord de la route. Finalement, un camionneur nous a embarqué. Je vous fais un petit topo. Nous avons passé 3h assis l’un par dessus l’autre car notre chauffeur ne voulait pas nous perdre de vue.

Nous avions eux plusieurs autres chauffeurs. Des gens normaux comme des gens un peu tout croche. Au total, je dirais que nous avons eu 16 « lifts ». Nous avons eu la chance d’embarquer dans une vieille voiture de collection que nous avons recroisée à Alma.

Nous étions à quelques heures de la destination finale. On se rafraichissait dans un Tim Hortons. C’est dans ces endroits qu’on tentait de se trouver un lift. Maxime aperçoit un vieil homme avec un chandail noir sur lequel il était écrit :

« Quesque tu regardes criss »

Max me demande si je pense qu’il est Québecois…

Plutôt évident.

Parle parle, jase jase, il nous embarque avec sa fille. Plutôt ravissante.

On apprend qu’il retourne à Sherbrooke tout comme nous dans 4 jours. Donc, il nous on donné un point de rencontre.

Après avoir mit Alma sans dessus dessous, c’est le cas de le dire, nous somme parti à 130h du matin car tout les habitants du village nous trouvait un peu trop déranger. Je vous évite aussi les aventures de notre prince charmant Émile. Nous étions 6 dans la voiture de sa copine du moment qui était venu nous rejoindre. Celui-ci nous dépose dans un dépanneur pensant que nous étions déjà arrivé à notre point de rencontre. Il était tard et nous devions nous trouver un endroit où dormir. Un container de carton fut l’heureux élu. Notre cadran, la femme du dépanneur, nous réveillâmes en nous criant dessus. Son mari riait et il nous mentionna qu’on pouvait rester là.

J’ai décidé de vérifier si nous étions bel et bien au bon endroit.

Damn on était à deux heures du point de rencontre et aussi à deux heures du départ. Nous pliâmes bagages et nous avons tout fait pour y arriver. Nous avons été très chanceux, une femme à décidé de nous y amener.

Nous avons finalement réussi à retourner à Sherbrooke en un seul morceau. Faire du pouce de nos jours est très difficile.

Si vous avez une paire ou des belles fesses, surtout pour les filles, vous avez plus de chance de vous faire embarquer. Désolé du commentaire sexiste.

Gare à vous !

Pour voyager de façon responsable et éviter de ne pas dormir dans une poubelle comme moi et maxime, il existe plusieurs techniques. Une très pratique est le couchsurfing. Cette façon de faire est présente partout dans le monde. Ce sont des gens comme vous et moi qui accueillent des voyageurs à leur domicile Il vous suffit seulement d’aller sur le site de couchsurfing et réserver un endroit où dormir!

Comments

commentaires

About Frederic Labarre